Biyouna
Chanteuse, danseuse et comédienne

La star algérienne, invitée d’honneur du festival Lumière

 


Posté le 05.10.2018 à 15H30


 

Chanteuse, danseuse et actrice, Biyouna se partage entre théâtre et cinéma, Algérie et France, et met sa personnalité frondeuse et chaleureuse au service de cinéastes aussi divers que Nadir Moknèche (Délice Paloma), Radu Mihaileanu (La Source des femmes) – qui présentera les deux séances du film en sa compagnie – et Rayhana (À mon âge je me cache encore pour fumer). Elle rencontrera ainsi le public du festival venant enrichir la liste des invités d’honneur de cette 10e édition : Jane Fonda, qui recevra le Prix Lumière, Javier Bardem, Liv Ullmann, Alfonso Cuarón, Claude Lelouch, Claire Denis et Peter Bogdanovich.

Biyouna NL
Si le chant fait très tôt partie de ses passions, Biyouna découvre dans la foulée le cinéma grâce à sa mère, alors employée d’une salle de cinéma d’Alger. La jeune femme, subjuguée par les chanteuses et danseuses égyptiennes qui défilent sur grand écran, se met en tête de les imiter. Elle débute à 17 ans dans de grands cabarets en ville et construit sa popularité avec des numéros remarqués. Grande artiste algérienne, adulée tant dans son pays qu’en France, Biyouna nous fera l’honneur de sa présence avec un hommage à ses multiples talents.

Rendue célèbre par Mustapha Badie qui lui o re un rôle demeuré légendaire en Algérie dans le téléfilm La Grande maison adapté du célèbre roman de Mohammed Dib, alors qu’elle n’a que 19 ans, Biyouna continue de nourrir son existence du chant, de la danse et de la comédie qu’elle parfait au sein de la scène algérienne d’alors – notam- ment avec Leila et les autres de Sid Ali Mazif (1978) et La Voisine de Ghaouti Bendedouche (2000). C’est Nadir Moknèche qui va véritablement asseoir son talent devant la camé- ra avec Le Harem de Madame Osmane (1999) et Viva Laldjérie (2003), puis l’inoubliable Délice Paloma (2007).

Elle collabore en parallèle à des albums et spectacles (dont Fellag Opéra d’Casbah) et s’illustre aussi au théâtre en France. En 2011, Radu Mihaileanu emploie la verve et l’intégrité de Biyouna pour La Source des femmes, sélectionné en compétition o icielle à Cannes. On retrouve cette grande artiste pluridisciplinaire en 2016 à l’a iche de À mon âge je me cache encore pour fumer de Rayhana, véritable hymne à la liberté produit par Michèle Ray-Gavras. 

 

Rétrospective en collaboration avec 

Logos Biyouna

 

Pendant le festival, Biyouna présentera :

Délice Paloma de Nadir Moknèche
Samedi 20 octobre à 16h30 à l’Institut Lumière 
Achat des places

La Source des femmes de Radu Mihaileanu
Jeudi 18 octobre au Pathé Bellecour
Vendredi 19 octobre au Lumière Fourmi
Biyouna sera accompagnée pour les deux projections de Radu Mihaileanu
Achat des places

À mon âge je me cache encore pour fumer de Rayhana
Vendredi 19 octobre à 11h15 au Pathé Bellecour
Samedi 20 octobre à 19h au Pathé Bellecour
Achat des places 

 

Catégories : Lecture Zen