Billetterie

Rétrospective Louis Malle

 


V
oici la grande rétrospective « cinéma français » de Lumière 2022. Le festival proposera de redécouvrir le travail d’un grand auteur, qui a évolué au croisement de la Nouvelle Vague, du cinéma d’auteur français et du cinéma indépendant américain, lauréat d’une Palme d’or et d’un Oscar : Louis Malle.

Louis Malle s’attaque à tous les sujets et fait fi des interdits et des tabous qui corsètent la bonne société française. En 1963, il adapte avec Le Feu follet le sulfureux Drieu la Rochelle. En 1974, avec Patrick Modiano, grand spécialiste de la période, il peint dans Lacombe Lucien un portrait acerbe de la France de la collaboration et du régime de Vichy. Dans les années 70, La Petite (inspiré de la vie du photographe Ernest J. Bellocq) et Le Souffle au cœur provoquent la polémique. Avec la complicité de Jean-Claude Carrière, il livre avec Milou en mai une peinture surréaliste et désopilante de la bourgeoisie à l’épreuve de Mai 68… Mais Louis Malle, ce sont aussi de grands succès populaires comme Au revoir les enfants lauréat de 7 César en 1988.

L’occasion de revoir sur grand écran les grands acteurs qui ont accompagné son œuvre : Jeanne Moreau, Maurice Ronet, Brigitte Bardot, Jean-Paul Belmondo, Aurore Clément qui fait ses débuts chez le cinéaste, Dominique Blanc… mais aussi Brooke Shields, Susan Sarandon, Burt Lancaster ou Ed Harris. L’occasion aussi de réentendre des dialogues co-écrits avec Louise de Vilmorin, Patrick Modiano, Roger Nimier ou Jean-Claude Carrière.

 


Une sélection de films restaurés par Gaumont présentés en avant-première
au festival Lumière et ressortis en salle le 9 novembre 2022 par Malavida.


Remerciements aussi à TF1 Studio et Paramount US

 

 

À suivre, le détail de la programmation de la rétrospective Louis Malle.

 

 

 

À PROPOS DE LOUIS MALLE

Il naît deux ans après Godard, quelques mois après Truffaut, mais Louis Malle (1932-1995) prend tout le monde de vitesse : à 23 ans, en 1956, il reçoit une Palme d’or pour Le Monde du silence, (partagée avec le Commandant Cousteau), à 26 ans, le Prix Louis-Delluc pour Ascenseur pour l’échafaud, où la trompette de Miles Davis, rencontré grâce à Boris Vian, sert d’écrin à la beauté de Jeanne Moreau arpentant les Champs-Élysées. « Nous étions les enfants de la nouvelle pellicule Kodak, la Tri-X, qui nous permettait de tourner dans la rue, ou dans des intérieurs faiblement éclairés, avec de plus petites équipes. » (Malle on Malle, conversation avec Philip French, 1993)

La trentaine de films – fictions et documentaires – qu’il tourne en quarante ans témoignent d’une curiosité jamais rassasiée, d’une solide culture littéraire et d’une grande maîtrise technique. Ses films épinglent avec audace et truculence la grande bourgeoisie dont il est issu, des Amants (1958), dont l’érotisme fait scandale, à la sarabande tchekhovienne de Milou en mai (1989). Ils scrutent les zones d’ombre de la société française, à l’image de Lacombe Lucien (1974), regard sur la collaboration qui provoque un vif débat, que Louis Malle clôt en s’installant plusieurs années à Hollywood où il tourne, notamment, Atlantic City (1980).

 

 

 

 

 

 

 Crédits image : portrait de Louis Malle sur le tournage du Souffle au cœur © Vides Films - Marianne Productions - Franz Seitz / DR

Ce site nécessite l'utilisation d'un navigateur internet plus récent. Merci de mettre à jour votre navigateur Internet Explorer vers une version plus récente ou de télécharger Mozilla Firefox. :
http://www.mozilla.org/fr/firefox